Renforcement de la prévention de la radicalisation dans le Caucase du Nord et Tatarstan

Creative Commons/Wikimedia, source :https://fr.wikipedia.org/wiki/Ciscaucasie#/media/Fichier:Caucasus-political-fr.svg

Le projet

Dans les dernières décennies, le Caucase du Nord russe a toujours été le théâtre d'événements de violence et de guerre. En particulier, la prise d'otages de Beslan (2004), qui a fait plus de 300 morts, s'est gravée profondément dans la conscience du public russe. Les processus de radicalisation idéologique en termes nationaux et religieux ont toujours un effet déstabilisant. Dans un contexte de perspectives socio-économiques insuffisantes, ce sont surtout les adolescents et les jeunes adultes qui risquent d'être victimes des dogmes extrémistes.

C'est dans ce cadre que s'inscrit le projet „Renforcement de la prévention de la radicalisation dans le Caucase du Nord et Tatarstan“ que le DRA réalise avec des partenaires de la société civile russe et française. Dans les trois pays, en plus de l'activité de la police et de la justice, il y a besoin d'agir de façon préventive. Des mesures appropriées, comme des services de conseil du travail social et de l'animation socio-éducative sur le travail éducatif scolaire et extra-scolaire, ou comme le travail socio-psychologique avec les victimes et les auteurs de crimes, peuvent atteindre les enfants et les adolescents à temps et empêcher qu'ils deviennent victimes ou auteurs de violence basée sur l'idéologie.

Comme en Allemagne et en France, en Russie aussi il y a des démarches pour l'élaboration méthodique de mesures pour la prévention de la radicalisation. Pourtant, des structures solides dans ce domaine n'existent pas encore en quantité suffisante. Aussi en Allemagne et en France leur établissement n'est pas encore terminé. Considérant le caractère international du problème, jusqu'à présent il a un manque d'échange professionnel international entre les acteurs qui travaillent dans ce domaine.

Objectifs du projet

  • Éducation et sensibilisation aux questions liées à l'extrémisme religieux, à son idéologie, aux causes et conséquences des comportements violents ;
  • Détection précoce des formes d'expression des processus de radicalisation. Empêchement ou inversion des processus de radicalisation, plus précisément diminution des attitudes antidémocratiques et misanthropes et des comportements violents chez les jeunes, ainsi que prévention et protection des victimes ;
  • Activation durable et création de réseaux de spécialistes pour le renforcement du travail de prévention dans le Caucase du Nord. Intégration dans les réseaux internationaux pour le développement professionnel et l'approfondissement du travail dans le domaine de de la prévention de la radicalisation ;
  • Sensibilité et ouverture d'esprit en ce qui concerne la mise en œuvre de mesures de prévention chez tous les participants en Russie ;
  • Renforcer le rôle des ONGs dans la prévention de la radicalisation en Russie.

Comment fait-on ça ?

Le projet permet pour la première fois une vaste mise en réseau interrégionale et internationale de spécialistes pour un transfert réciproque de connaissances et expérience. Sur cette base, on va créer et consolider un réseau pour la prévention qui doit permettre un échange professionnel rapide et durable sur le sujet de la prévention de la radicalisation dans l'animation socio-éducative. Les acteurs viennent de 6 sujets de la fédération de Russie particulièrement à risque (Tchétchénie, Ingouchie, Daghestan, Ossétie du Nord, Kabardino-Balkarie et Tatarstan). De plus, le projet comprend des conférences d'experts et des activités de formation continue pour les spécialistes qui, sur la base des séminaires de formation, élaborent des mesures de prévention appropriées dans le domaine de l'animation socio-éducative.

Partenaires du projet

Women for development (WfD), Tchétchénie, depuis 2002 travaillent dans les domaines de l'approche intégrée du genre, de la prévention de la radicalisation et des services de conseil social et juridique dans le Caucase du Nord. WfD offre des activités de formation continue pour l'empowerment des femmes, l'éducation aux droits des femmes et à la lutte contre la violence domestique et sur les méthodes de prévention de la radicalisation.

Destination EST (D’EST), France, est une plate-forme d’échange entre la société civile russe et les militants-es et politiciens-nes français-ses. D’EST développe des programmes d’éducation pour les jeunes pour consolider les relations bilatérales de la société civile et finance des programmes d'échange entre les deux pays.